collapse_arrow_
VERSION POLONNAISE

Propos recueillis par Gosia BABICKA (basketteuse et... journaliste !)

Une jeune sportive "multi-facettes"

 
Le ballon orange ou le maillot de bain ? Mais pourquoi pas les deux ? Même si on ne voit pas de point commun, Maud Guillarme se sent bien dans chaque domaine. Le sport qui n’aurait pu être que du plaisir lui apporte de plus en plus de trophées.


Une longue semaine


Chaque matin, elle se réveille tôt car ses journées sont bien remplies. En première position, c’est l’école. Au collège, Maud est une bonne élève de quatrième.  Régulièrement, chaque soirée est consacrée soit au basket  soit à la natation. Souvent, les midis, elle saute dans la piscine. Cette sportive aime bien l’effort physique. « L’effort dans l’eau est complétement différent que celui sur le terrain. J’apprécie chaque expérience qui me permet de connaître mon corps.  Le basket donne une autre notion de fatigue  que la natation». Ce mode de vie, elle le vie depuis 8 ans. Ce n’est pas facile d’arrêter si les deux activités apportent la joie et les trophées.
 

Le basket c’est le jeu social où on sent bien l’esprit d’équipe, par contre la natation habituellement c’est le sport individuel.  Je lui ai demandé s’il elle se ne sent pas seule dans la piscine. « Pas de tout. On est plusieurs pendant l’entraînement, donc on parle, on rigole entre chaque série. Après tu sais pourquoi tu travailles. Ce sont des résultats qui te motivent ».

 
Bonnes impressions


La tradition familiale l’a envoyée sur un terrain de basket. Maud,  domiciliée à Civens, a pratiqué le baby basket, à l’âge de quatre ans. « C’est mon père, ancien basketteur, qui m’a amené à l’entraînement. Celà m’a bien plu, donc je n’ai pas besoin de chercher d’autre chose ». Cependant,  à Feurs, où elle a joué, il n’y a pas de basket féminin de haut niveau.  Pour cette raison, notre talentueuse ailière a été surclassée. Mais les compétitions départementales n’ont pas été assez élevées pour notre jeune de quatorze ans. L’année dernière elle a participé aux quelques entraînements de RCR et au tournoi des étoiles. « Cette expérience m’a montré une attitude sérieuse, avec beaucoup de rigueur, j’ai donc pris la décision de rejoindre l’équipe Minimes France de RCR ». Comme cette belle saison l’a montré, Maud avait pris une bonne décision. Nos minimes ont gagné le plus grand trophée du Championnat de France. La basketteuse admet que c’est un des meilleurs événements dans sa vie. «C’est un sentiment génial  de gagner, de partager le bonheur avec les filles, les entraîneurs et les supporters. Le moment de triomphe m’a persuadée que s’il fallait choisir entre la natation et le basket, ce serait ce dernier ».

 
La natation : une affaire d’amitié


Maud a eu son premier rendez-vous avec la piscine à l’âge de six ans. Notre héroïne a voulu accompagner sa copine qui apprenait à nager. Il s’est avéré qu’elle avait des bonnes capacités car chaque compétition, correspondait à une victoire. « Plus j’ai grandi plus j’ai gagné. Mes entraîneurs d’Aqua Club Forezien me disaient, que c’était exceptionnel ce que je faisais, parce que je ne m’entraînais pas beaucoup ». La technique, la vitesse, la condition, il faut améliorer tous les éléments. Ses nages préférées sont le crawl, en cinquante et cent mètres.  Multiple championne de la Loire, participant au Championnat de France Elite à Chartres, elle va bientôt être présente au Mini Championnat d’Europe. Elle est l’une de douze meilleures nageuses en France qui peuvent représenter son pays. « C’est une grande compétition et je suis fière de faire partie de l’équipe de France Espoir. Je vais me donner  à fond, comme à mon habitude ».


Objectifs


Maud trouve le sport comme une passion. Il faut que celui-ci lui apporte un plaisir et une envie de se dépasser. Pour l’instant, elle ne  se voit pas comme une sportive professionnelle. La première place, c’est l’école avec de bons résultats. Après si c’est possible elle suivra une carrière de hauts niveaux. Sinon, il y a un projet aussi intéressant. « Je voudrais bien rester dans le sport. Peut-être je peux travailler comme kinésithérapeute dans une équipe ». C’est ça, le sport représente tout sa vie. Elle remplit son temps libre, en faisant du vélo,  en regardant les matches de sa sœur ou de l’équipe Nationale 2 du RCR et de Feurs. Va-t-elle poursuivre une belle carrière à l’image de Celine Dumerc ou de Camille Lacourt ? On verra, mais on est content d’avoir cette talentueuse fille dans notre cadre.

QUESTIONNAIRE

Toujours  avant le match : je n'ai pas vraiment de rituel

Jamais avant le match : je n'ai pas spécialement de rituel


Toujours après le match : je reparle du match avec mes coéquipières et essaye de voir mes défauts pour ne plus les refaire au prochain match


Pendant l’entraînement : j'écoute les conseils de mes coaches et j'essaye de rester sérieuse jusqu'à la fin


Pendant le match : je me donne à fond pour l'équipe


Ce que j’aime le plus au basket : l'esprit d'équipe et l'intensité des matches et la défense

Ma plus grande  qualité au basket : je pense que c'est la défense et la cohésion du groupe


Si ce n’est pas le Basketball : c'est la natation

collapse_arrow_
VERSION FRANCAISE

Version Polonnaise de l'interview...


KWESTIONARIUSZ

Zawsze przed meczem: Słucham muzyki


Nigdy przed meczem: Nigdy nie śpię przed meczem


Zawsze po meczu: Przekazuję wynik meczu


Podczas meczu: Jestem na meczu


Podczas treningu: Śmieję się


To, co najbardziej lubię w koszykówce: Robić wsady!!(haha) Nie jeszcze nie, ale wkrótce J


Moja najsilniejsza strona w koszykówce: Zbiórki


Jeśli nie koszykówka to: Pracowałabym