collapse_arrow_

Propos recueillis par Gosia BABICKA (basketteuse et... journaliste !)

L'ARTISTE PAS SEULEMENT SUR UN TERRAIN !
 
Passionnée par le sport en général, elle a porté sa préférence dès l’âge de trois ans vers le basket. Attirée par d’autres sports, notamment le football,  elle choisira finalement le basket. Maryne Reolid répond à mes questions sur son parcours de sportive.
 
Maryne a pris l’exemple de sa grande soeur qui a joué au basket. Ce sport collectif lui a plu tout de suite. «  J’aime le contact avec les gens et j’ai surtout apprécié l’ambiance d’équipe. Je suis toujours arrivée à l’entraînement avec plaisir car j’aime bien passer du temps avec mes coéquipières . »

Ses premiers pas de basketteuse furent à Aix en Provence. Après quelques années, en raison du déménagement de ses parents à Lyon, Maryne a changé les couleurs de son maillot. Passée par le pôle espoir de Bourg en Bresse pendant deux ans, elle s’est retrouvée à nouveau dans la ville d’Aix en Provence  au sein du Centre de Formation.

Après son BAC, Maryne a refusé le contrat pro : « J’avais conscience d’avoir peu de temps de jeu et en plus je voulais faire mes études. En tant que joueuse professionnelle, je n’aurais jamais eu le temps de les poursuivre ». C’est pour cette raison que notre ailière est revenue dans la région Rhône Alpes. Plus précisément, à Villeurbanne, deuxième division en France, à cette époque.

Trois ans en licence d’anglais lui ont permis d’apprendre la langue de Shakespeare. « Je voulais devenir professeur de français aux États-Unis. Après, je me suis aperçue que je ne pouvais pas atteindre mon but sans passer de séjours à l’étranger. Pourtant, je ne voulais pas sacrifier ma carrière de basketteuse. Alors, au bout de trois ans, j’ai changé de voie. » 

Pendant deux ans, Maryne n’est pas restée sans rien faire. Elle a réussi son diplôme BPJEPS en sports collectifs et son Brevet d’État d’entraîneur. Grâce à ses compétences professionnelles, Maryne travaille comme assistante d’éducation  au collège. De plus, elle a eu ses premières expériences en tant qu’entraîneur :  « J’ai coaché des équipes de jeunes ainsi que des adultes jusqu’au niveau Régional . Grace à mes expériences, je sais que je suis plus à l’aise avec un public adulte. » D’ailleurs, elle souhaite aller le plus loin possible. Pourquoi pas vers le basket professionnel ? Notre ailière  profite de sa carrière en tant que joueuse et du contact avec ses entraîneurs : « Je trouve que chacun a une vision différente de jeu et moi, grâce à ma formation d’entraîneur, j’analyse les matchs et le déroulement des entraînements. C’est très enrichissant. »

Pourtant, même si elle est satisfaite de son parcours, notre basketteusse n’a pas dit son dernier mot. Malgré un riche palmarès en catégories jeunes, elle n’a pas encore décroché de titre en seniors. « J’aime bien me lancer des défis,  repousser mes limites. Je suis venue à Roanne pour réaliser un projet très ambitieux : obtenir l’accession en Ligue Féminine 2 en trois ans. »

Quel type de joueuse est-elle ?

« Mon élément préféré est l’attaque. J’essaie d’être une joueuse atypique, de faire des choses qui sortent de l’ordinaire. J’aime la dextérité, les bonnes passes et j’ai un caractère combatif. »

Quelles sont ses occupations après ses obligations ?

Maryne est passionnée par la musique, mais pas seulement pour l’écoute. « Toute petite, la musique était présente chez mes parents. J’étais attirée à la fois par le son, puis le côté technique et informatique. » Celà l’a poussée à’acheter du matériel et à mixer de la musique. D’ailleurs, elle a eu sa première expérience en tant que  DJ à la radio. A l’occasion de fêtes entre amis, c’est Maryne qui assure le côté artistique.

Pensez vous qu’elle peut mixer aussi bien que jouer au basket ? Peut-être, un jour, elle nous fera découvrir sa passion musicale J !